100 jours du 45ème Président des Etats-Unis à la Maison Blanche 

[three_fourth last= »no » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » hover_type= »none » link= » » border_position= »all » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ animation_offset= » » class= » » id= » »]

Résumé de la conférence de Monsieur Daniel Warner 
a. adjoint du directeur de l’Institut des Hautes Etudes Internationales
Forum de l’Hôtel Mövenpick,
Tribune du MCEI Genève le 4 mai 2017

[/three_fourth][one_fourth last= »yes » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » hover_type= »none » link= » » border_position= »all » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ animation_offset= » » class= » » id= » »][imageframe lightbox= »no » gallery_id= » » lightbox_image= » » style_type= »none » hover_type= »none » bordercolor= » » bordersize= »0px » borderradius= »0″ stylecolor= » » align= »none » link= » » linktarget= »_self » animation_type= »0″ animation_direction= »down » animation_speed= »0.1″ animation_offset= » » hide_on_mobile= »no » class= » » id= » »] [/imageframe][/one_fourth][one_full last= »yes » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » hover_type= »none » link= » » border_position= »all » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ animation_offset= » » class= » » id= » »]

Faire un bilan après 100 jours de présidence n’est pas une chose facile, surtout avec Donald Trump, dont l’élection le 8 novembre dernier a été une surprise. Il est difficile de parler rationnellement de situations qui sont plus émotives que logiques. Je vais tenter de m’en tenir aux faits dans cette analyse.

Historiquement, Donald Trump est le premier président qui n’a aucune expérience de gouvernement, c’est un homme d’affaires et le plus vieux président élu. Rien n’est traditionnel avec lui, il bouscule tous les codes en place. C’est un président qui vient du secteur privé, de l’immobilier, il n’a jamais travaillé avec un conseil d’administration et a toujours agi sans rendre des comptes. Imaginez un Bernard Nicod ou un Christian Constantin au Conseil fédéral !

En plus, ces derniers mois, il a changé constamment d’opinion sur tout : les relations avec la Russie, la Chine et le Canada, le rôle et l’importance de l’Otan, etc. Lors de sa campagne électorale il a très peu parlé de politique étrangère. Or, en 100 jours il a déjà bombardé la Syrie et l’Afghanistan.

Au niveau intérieur, il a promis la suppression de l’Obamacare (loi sur la santé) et une réduction des impôts sur les sociétés. Mais pour l’instant il a échoué à imposer sa volonté au Parlement. Donald Trump annonce ses décisions via Twitter. Difficile de faire de la diplomatie dans ces conditions.

D’ailleurs le système diplomatique du pays est à l’arrêt, les diplomates ne sachant pas comment se comporter face à cette situation et les nouveaux venus n’ont aucune expérience. La mentalité actuelle consiste à détruire avant d’innover. Le président voudrait des actions immédiates, mais ceci est impossible dans le monde des relations internationales.

Ceci même si on observe dans divers pays un éclatement des partis traditionnels au profit de personnes en marge de la politique. C’est notamment le cas en France (Macron, Mélenchon) ou en Italie (5 stelle).

Actuellement la vie publique attire peu les esprits intelligents qui préfèrent le secteur privé.

 

La question financière est un vrai problème pour capter des personnes compétentes au niveau politique. Le fait que la Maison-Blanche est le plus petit logement que Trump n’ait jamais habité est révélateur de l’importance de l’argent.

Bien qu’en matière de pronostic je ne sois pas un grand expert (je pensais qu’Hillary Clinton serait élue), je crois que Donald Trump, ne vas pas finir son mandat de 4 ans. Il s’est mis à dos les médias, qu’il considère comme un ennemi du peuple, et il a froissé la CIA.

Il finira peut-être par se lasser et divers événements comme ses conflits d’intérêts et ses collusions avec les Russes pourraient jouer contre lui. Une somme de phénomènes négatifs pourrait l’inciter à quitter la présidence.

Aujourd’hui il recueille seulement 40% d’avis favorable au sein de la population, c’est un score très bas. Et certains fonctionnaires mettent les pieds au mur pour éviter d’exécuter ses ordres qui sont très impulsifs.

Depuis des décennies, les Etats-Unis jouent un rôle de leader dans les relations internationales, or Trump ne s’intéresse pas à cet aspect, il prône le repli sur soi. Mais le système a besoin d’un leader qui indique une direction car nous vivons dans un monde interdépendant.

Qui désormais va assurer ce rôle ? La récente visite du président chinois à l’ONU à Genève montre que ce pays est intéressé à assumer un leadership au niveau international.

En résumé, les premiers 100 jours de Donald Trump sont inquiétants. Il est en train d’apprendre comment fonctionne le monde politique et le gouvernement.

Pourra-t-il réellement progresser et se convaincre qu’il ne pourra pas diriger le pays comme on le fait avec une entreprise privée ?

 

Résumé Luigino Canal

[/one_full]
By | 2018-04-11T15:00:57+02:00 avril 11th, 2018|Non classé|0 Comments