« L’aventure GHI »

//« L’aventure GHI »

« L’aventure GHI »

Résumé de la conférence de
Monsieur Jean-Marie Fleury
Editeur du GHI
Forum de l’Hôtel Crowne Plaza, Tribune du MCEI
Genève le 7 décembre 2018

Leader sur le canton de Genève, GHI compte 149 000 lecteurs hebdomadaires auxquels il faut
ajouter près de 100 00 lecteurs supplémentaires résidant dans le canton de Vaud et en France
voisine. L’histoire de ce journal gratuit c’est un peu celle de David contre Goliath ou plutôt celle
d’un entrepreneur qui s’est retrouvé, avec son journal, seul face aux grands acteurs de l’édition
romande.
Arrivé du Jura à Genève en 1962, après des études commerciales et muni d’un diplôme fédéral
d’employé de commerce, la vie de Jean-Marie Fleury se fond avec celle de GHI. En 1970, à 28
ans, sans argent, il ouvre une régie publicitaire. Il s’attaque ainsi frontalement à l’oligopole
formé par Publicitas, Orell Füssli et Annonces Suisse. Après avoir analysé le marché,
constatant l’absence de journaux gratuits en Suisse romande, il lance Genève Home
Informations, distribué dans tous les ménages. Les débuts sont très compliqués. Dès la
publication du premier numéro de GHI (8 pages), les éditeurs, les géants de la pub et
l’establishment genevois ont tout fait pour barrer la route du premier gratuit romand. Du jour au
lendemain, il est devenu l’homme à abattre, l’ennemi public numéro 1. Tous voyaient en lui un
sérieux perturbateur à leurs affaires florissantes.
Les journaux locaux lui mettent des bâtons dans les roues. Le combat le plus difficile a été
contre les institutions genevoises, mais aussi face à des imprimeurs et au Trade Club,
groupement qui réunissait les plus grandes entreprises de commerce de détail de la ville du
bout du lac. Les principaux éditeurs ont offert aux magasins des rabais supplémentaires de
10% sur leurs annonces publicitaires s’ils acceptaient de boycotter GHI. Cela pousse le
frondeur à créer la zizanie au sein de ces commerces en réalisant des comparaisons de prix de
produits dans chaque parution du journal. Afin de compenser les années de boycott des
commerces genevois, Jean-Marie Fleury ira chercher des annonceurs en Suisse alémanique.
Le tissu, aujourd’hui en voie de disparition, de commerçant de petite et moyenne taille a aussi
fait son succès.
Par la suite, il fera l’acquisition de ses propres rotatives car les imprimeries genevoises se sont
fait menacer par les éditeurs si elles s’avisaient d’imprimer l’hebdomadaire. Dans la foulée,
Jean-Marie Fleury lance Lausanne-Cités, un gratuit qui connaît, lui aussi, rapidement un fort
succès. Après de multiples rebondissements, les principaux quotidiens et les commerces
locaux diminuent la pression sur le titre genevois. GHI devient alors une sorte de Canard
enchaîné romand où l’on peut découvrir des news piquantes et inédites. Des milliers de
personnes ont trouvé leur voiture, un appartement ou même leur femme/mari en lisant les
annonces de GHI. Dans les belles années, le journal a compté jusqu’à 60 pages. GHI offre le
meilleur rapport audience/prix avec un coût de 109 francs HT pour 1000 lecteurs. Actuellement
600 petites annonces par semaine sont publiées.
Cette année Christoph Blocher a annoncé sa volonté de racheter à Tamedia 50% des parts de
GHI (Edipresse avait acquis 50% de GHI et de Lausanne-Cités en 1995, qu’il avait cédés au
groupe Tamedia en 2012). Le tribun zurichois cherchait alors à acquérir une vingtaine de
journaux locaux dans différents cantons suisses : il ne croirait plus à l’avenir des «grands titres
nationaux». Mais cet achat a été stoppé net par Jean-Marie Fleury qui a usé de son droit de
préemption pour racheter la part. En effet, à 76 ans, l’administrateur ne se voyait pas prendre
sa retraite en laissant derrière lui son bébé, dirigé aujourd’hui par son fils. Car Christoph
Blocher avait l’ambition de racheter à terme les 100% des deux titres gratuits. Jean-Marie
Fleury note que la levée générale de boucliers contre l’arrivée de Christoph Blocher (certains

partis politiques qui ont menacé de boycotter le journal) s’est estompée dès qu’il a annoncé qu’il
reprenait le 100% ce son journal. À Genève, l’éditeur attend toujours que l’État publie ses
annonces dans GHI. En revanche, à Lausanne, le canton a décidé de faire paraître chaque
semaine un cahier d’annonce pour soutenir Lausanne-Cités.
Pour le futur, Jean-Marie Fleury estime que les journaux papier vont bientôt tous disparaître,
probablement d’ici 10 ans. Mais avec sa formule gratuite, ses petites annonces et ses nouvelles
locales, le GHI a encore quelques belles années devant lui. Et il restera de la place pour des
journaux régionaux.
Pour en savoir plus le livre de Jean-Marie Fleury : «L’aventure GHI: un contre-pouvoir
genevois» (Editions Favre)
(Résumé : Luigino Canal)

By | 2019-01-11T17:01:41+00:00 janvier 11th, 2019|Non classé|0 Comments

Leave A Comment

*