Le développement d’Uber en Suisse 2019-06-07T10:41:08+01:00

Résumé de la conférence de Monsieur Steve Salom
Directeur général pour la Suisse Romande d’Uber
Forum de l’Hôtel Crowne Plaza, Tribune du MCEI
Genève le 26 mai 2016

Le développement d’Uber en Suisse

Fondée en 2009 à San Francisco, Uber met en contact des utilisateurs avec des chauffeurs pour un service de transport. L’application Uber permet de géolocaliser, via un smartphone, une tablette ou un ordinateur, le véhicule le plus proche pour ensuite le réserver. La photo du chauffeur et la description du véhicule apparaissent. Les clients peuvent suivre l’approche de la voiture sur l’application. Le paiement est réalisé automatiquement à la fin de chaque course. Uber débite le prix sur la carte bancaire enregistrée au préalable. Il n’y a donc pas d’échange de cash entre le conducteur et le passager. D’ailleurs l’utilisateur peut savoir à l’avance combien coûtera sa course via le site Web de Uber ou dans l’application. Pour l’instant, il n’est pas possible de réserver une course à l’avance, par exemple pour une heure et un jour déterminé. Le client peut aussi notez son chauffeur et commentez anonymement sa course pour améliorer le service. Mais, le chauffeur peut en faire de même pour signaler un client qui aurait un comportement inapproprié.

Des chauffeurs partenaires

Uber travaille avec des chauffeurs partenaires. Ils sont indépendants et conduisent leurs propres véhicules. Uber prélève 25% du montant de la transaction, le reste revient au conducteur qui, comme tous les indépendants, doit déclarer ses revenus au fisc. Il faut remplir une série de conditions strictes pour être admis comme chauffeur chez Uber : casier judiciaire vierge, voiture en excellent état, etc. La société est présente dans plus de 400 villes dans 70 pays.

Plusieurs types de services

En Suisse, elle est notamment active à Genève et Lausanne. Selon les villes, Uber offre plusieurs type de service : UberX, avec des chauffeurs professionnels proposant des berlines standards ; UberBerline, avec une voiture de luxe ; UberVan avec un véhicule d’une capacité de 6 personnes ; UberPOP, avec des conducteurs occasionnels au volant de leur véhicule personnel ; UberPool, permettant de partager son trajet avec un autre passager situé au même endroit et allant dans la même direction et enfin UberEats, pour la livraison de repas. A Genève, pour l’heure seul deux services sont disponibles : UberX et Berline. Uber suscite de nombreuses polémiques dans les villes où il s’implante car il casse le système fermé mis en place par les sociétés de taxi classiques. Un monopole qui limite l’offre pour augmenter les prix alors qu’Uber propose des tarifs plus bas que les taxis traditionnels. Souvent les législations sont obsolètes ce qui limite la concurrence au détriment des clients. Ainsi à Genève, il n’y a qu’une seule cession par année pour passer l’examen de chauffeur professionnel.

Résumé Luigino Canal