« Si Versoix m’était conté » 2019-03-27T17:04:20+02:00

Résumé de la conférence de Monsieur Gérard Ramseyer
Ancien Président du Conseil d’Etat genevois
Club Nautique de Versoix
Genève le 21 juillet 2015

 

Né en 1941, lieutenant-colonel de l’armée suisse, Conseiller administratif et Maire de Versoix entre 1979 et 1993, puis Conseiller d’Etat genevois de 1993 à 2001, Gérard Ramseyer raconte dans son livre «Si Versoix m’était conté», l’histoire de Versoix entre 1980 et 2000.

Une époque charnière pour cette commune de 14 000 habitants du canton de Genève. Le récit porte un regard décalé et revient avec un humour caustique sur ces 20 ans.

Les racines de l’histoire de Versoix reposent sur sa géographie, le caractère de ses habitants et des faits. Le livre relate l’Histoire à travers les petites histoires et les péripéties qui ont alimenté la chronique locale, régionale et internationale de cette petite ville.

L’on y rencontre Arthur Rubinstein, le général Jaruselski ainsi que le cordonnier et le pêcheur local. L’ouvrage est destiné tant aux habitants qu’aux nouveaux venus dans la commune, il raconte la vie d’un coin de pays via un texte rempli d’anecdotes.

On découvre, par exemple, que la dépouille du président polonais Ignacy Moscicki a donné lieu à une série d’événements cocasses.

Ce double national, Suisse et Polonais, s’est réfugié à Versoix en 1939 suite à l’invasion allemande. Il était alors à la tête du pays. Décédé en 1946, il stipulait dans son testament que sa dépouille ne devait être rapatriée en Pologne que si le pays était dirigé par un gouvernement démocratique.

Versoix a donc refusé la requête du général Jaruzelski qui réclamait son cercueil. Ce n’est que quelques années plus tard, à la demande de Lech Walesa, que le corps d’Ignacy Moscicki a été accompagné à Varsovie.

Historiquement, la ville nouvelle de Versoix a été créée en 1767 à la demande du duc de Choiseul. À l’époque, Versoix était en territoire français.

Le but de la construction était de concurrencer Genève et son port. Mais la disgrâce de Choiseul fait capoter le projet avant l’achèvement des ouvrages

principaux et du port. Il n’en subsiste que le canal détournant les eaux de la Versoix pour l’alimentation en eau de la ville.

Le port a été achevé selon son ancien plan en 1965. Versoix a été rattaché au canton de Genève dès 1816 après un accord entre la France et la Suisse.

Résumé Luigino Cana